En 2022, quelles sont les plus importantes plateformes de cryptomonnaies régulées (PSAN, Regafi, International) ?

Avec l’envolée des cours des cryptos en 2021, de nombreuses sociétés ont vu le jour pour proposer aux particuliers l’achat et le trading de cryptomonnaies. En ce début d’année 2022, le nombre de plateformes d’échange disponibles était de 312 sur CoinMarketCap , un site qui fait référence dans le monde des monnaies virtuelles. Pour vous aider à vous y retrouver, nous allons lister les principales plateformes en prenant en compte leur aspect réglementaire et en les cataloguant sous 3 rubriques: les plateformes d’achat listées sur PSAN, les plateformes de trading listées sur Regafi et les plateformes internationales.

Les plateformes d’ACHAT de cryptos qui exercent légalement en France (listées PSAN)

Nous avons consacré un article complet pout traiter le sujet des sociétés de cryptomonnaies enregistrées PSAN et figurant sur la liste blanche de l’AMF. Début février 2022, il y avait 25 sociétés inscrites sur ce registre, toutes autorisées à démarcher d’éventuels clients sur le territoire national. Pour rappel, cet enregistrement est obtenu après le feu vert donné par l’ACPR, un organisme de contrôle qui s’assure que la société postulante remplit un certain nombre de critères, comme la qualité des dirigeants, la fiabilité des serveurs informatiques, ou encore qu’elle a bien mis en place des mécanismes pour détecter d’éventuelles fraudes (blanchiment d’argent, activités illicites, …).

Toutes ces plateformes (‘exchange’ en anglais) vous permettent d’acquérir des actifs numériques (Bitcoin, Ether, Cardano, .…), contre monnaie ayant cours légal, c’est-à-dire contre des euros pour les résidents français. Si vous vous inscrivez sur l’un de ces exchanges vous n’aurez donc pas de frais de change à acquitter lorsque vous ferez vos achats.

Seul et unique propriétaire de vos cryptos, vous pourrez décider, soit de confier la garde de vos jetons à la plateforme, soit de stocker vos jetons sur une clé USB.

Parmi ces 25 sociétés enregistrées PSAN en France, nous n’en citerons que 3 :

  • Paymium, installée à Paris, lancée en 2011, la plus ancienne plateforme d’échange en France, spécialisée dans le Bitcoin,
  • Coinhouse, également parisienne, lancée en 2015, la première société à avoir obtenu le fameux sésame PSAN, spécialisée dans le Bitcoin et dans l’Ether, mais qui propose aussi à l’achat une quarantaine d’autres cryptoactifs,
  • Bitpanda, une autrichienne, lancée en 2014, qui offre la possibilité d’acquérir plus de 50 cryptos mais également de trader plus de 1000 actifs numériques.

Les plateformes de TRADING de cryptos qui sont autorisées en France (listées Regafi)

Contrairement aux plateformes précédentes avec lesquelles vous pourrez acheter vos jetons, il existe des prestataires financiers qui ne font que du trading de cryptos. Si vous vous inscrivez chez l’un de ces brokers, vous ne pourrez pas devenir propriétaire de vos jetons, mais vous pourrez bénéficier de leurs performances boursières grâce aux CFD crypto. De plus, cerise sur le gâteau, vous ne risquez plus de vous faire voler vos clés privées.

Pour rappel, les CFD (‘Contract For Diference’) sont des produits dérivés qui sont adossés à un actif (action, métal précieux, cryptomonnaie, …).

En France, les sociétés qui commercialisent des CFD (crypto ou pas) doivent recevoir l’agrément du Regafi, le Registre des Agents Financiers, un registre qui liste, nous le citons : « les entreprises autorisées à exercer une activité bancaire, financière, de monnaie électronique ou de services de paiement, réglementée conformément au code monétaire et financier ».

Nous ne listerons ici que 3 traders crypto inscrits dans le registre Regafi :

  • Etoro Europe limited (Identifiant REGAFI : 29552), créée en 2007, enregistré à Chypre, réglementée par la Cyprus Securities & Exchange Commission (CySEC), très facile d’accès pour les débutants et spécialiste du trading social, proposant des CFD sur les devises, les matières premières, les indices, les actions et sur une cinquantaine de crypto-monnaies que nous détaillons dans cet article.
  • Skilling limited (Identifiant REGAFI : 75120), entreprise scandinave créée en 2016, enregistrée à Chypre, réglementée par la CySEC, proposant des CFD sur 5 cryptos supérieures : Bitcoin, Bitcoincash, Ethereum, Litecoin et Ripple.
  • IG Europe GmbH (Identifiant REGAFI : 79238), créée en 1974, régulé en Allemagne par la Financial Conduct Authority (FCA) et par la Bundesanstalt für Finanzdienstleistungsaufsicht (BaFIN), offrant une panoplie de CFD sur le Forex, les indices, les actions, les matières premières et sur une dizaine de cryptos.

Les grands plateformes internationales (Binance, Coinbase, Kraken,…) sont-elles légales en France ?

Quid de la légalité dans l’hexagone des grands ‘exchanges’ internationaux ? Vous avez certainement constaté que ces grands groupes (Binance.com, Kraken.com, Crypto.com) ne figurent pas dans la liste blanche des PSAN de l’AMF (en tout cas, pas en ce début 2022). Ces sociétés utilisent des sites en langue anglaise et ont un nom de domaine est en .com. Elles ne s’adressent donc pas, a priori, à un public francophone. C’était du moins leur position jusqu’à présent, en particulier quand il s’agissait de répondre au questionnement des organismes de régulation français.

Mais cette situation est en train de changer. Début Novembre 2021, lors d’un entretien avec LesEchos.fr , Changpeng Zhao, le CEO de Binance.com, la plateforme qui pèse 70 % du marché mondial des échanges de cryptos a déclaré, je cite :

« Nous avons commencé notre activité comme une organisation décentralisée mais il faut bien constater que ce n’est pas très bien vu par les régulateurs. Or cette industrie doit être régulée » et de poursuivre plus loin dans l’entretien en disant « espérer obtenir l’agrément PSAN dans un délai de 6 à 12 mois, mais tout dépend du régulateur ».

A CryptoListe.fr, nous n’avons pas d’info sur la stratégie des autres grands acteurs du secteur (Coinbase, Kraken,…), mais nous sommes prêts à parier que ces exchanges ont, eux aussi, entamés une procédure pour figurer sur la liste blanche de l’AMF. A moins que le marché français ne les intéresse pas, ce qui serait fort surprenant !

Alors, dans ces conditions, est-ce illégal d’acheter/trader des cryptos sur une plateforme qui n’est pas encore listée sur les registres PSAN ou Regafi ?

Le 27 Juin 2021, dans un entretien avec le magazine ‘Que Choisir’ , l’AMF a donné des éléments de réponse :

« Les avoirs des clients d’acteurs non enregistrés ne sont pas bloqués et gelés par les autorités. Ils peuvent donc en demander le transfert vers un PSAN enregistré s’ils le souhaitent »,

Le top 5 des plateformes internationales d’échange de cryptomonnaies au comptant

Elles sont classées par capitalisation décroissante (en date de début Février 2022) par Coinmarketcap.com :

  1. Binance :  Créée en 2017 à Hong Kong, consacrée exclusivement aux crypto-monnaies, Binance a très rapidement pris la place de n°1 mondial. Dotée de son propre token, le Binance Coin (BNB), elle a réussi à le hisser à la 3ème place des capitalisations boursières du domaine. Binance permet d’acheter et de trader plus de 150 cryptomonnaies dont nous détaillons la liste dans cet article.
  2. Coinbase Exchange: Créée en 2016, enregistrée en Irlande, cotée en bourse, Coinbase revendique une fiabilité inégalée et assure ses clients (le solde en USD est couvert par la FDIC, à hauteur de 250 000 $). Elle permet d’acquérir et de trader un peu moins de 150 cryptomonnaies.
  3. FTX: Créée en 2019, immatriculée à Antigue-et-Barbude, la plateforme américaine FTX s’est rapidement installée sur le podium des capitalisations boursières. Elle émet aussi son propre jeton : le FTT qui a des mécanismes très similaires au BNB de Binance.
  4. Kraken: La plus ancienne des grandes exchanges, fondée en 2011 à San Francisco, Kraken est réglementée aux USA par le FinCEN (Financial Crimes Enforcement Network). En plus d’offrir achat et trading sur 70 cryptos, vous pouvez également y échanger des devises.
  5. KuCoin : Créée aux Seychelles en 2021 par 2 geeks, KuCoin a eu une rapide progression et quelques erreurs de jeunesse. Elle permet d’acquérir quelques 200 cryptos, incluant le jeton maison, le KCS.

Comme nous vous le disions en préambule, cette liste est loin d’être exhaustive. Mais pourquoi prendre le risque de s’enregistrer sur une plateforme confidentielle? Si vous êtes débutant dans le domaine des cryptos, et si vous voulez acquérir vos premiers jetons, nous vous conseillons de privilégier les principales plateformes listées ci-dessus, en donnant priorité à celles qui ont déjà obtenu leur inscription sur les registres PSAN et/ou Regafi.